dimanche 10 juin

Dalida, vingt-cinq ans déjà

 

(Dalida lors de l'émission télévisée «Formule Un» sur TF1, dans les années 80 - MEUROU/SIPA)
 
(Dalida lors de l'émission télévisée «Formule Un» sur TF1, dans les années 80 -
Quand Dalida comprit qu'elle n'était plus une femme mais un produit, elle tenta de mettre fin à ses jours. Elle s'en excusa publiquement puis elle recommença. Une fois. Deux fois. Un jour de mai 1987 elle y parvint. Ce jour-là, à 54 ans, en avalant des somnifères, Dalida redevint cette entreprise florissante qui fabrique des tubes en série sous le label de la nostalgie. Voilà vingt-cinq que Dalida a quitté la scène, et son frère Orlando, en gardien du temple et en capitaine d’industrie, se démultiplie pour faire croire qu'une star ne meurt jamais.

Chaque année Dalida revient « mourir sur scène ». Compilations en tout genre et hagiographies douteuses nous font patienter entre deux commémorations. Pourtant la chanteuse mérite mieux que ce culte d'icône à paillettes des années Gilbert et Carpentier. Dans sa biographie rééditée pour l'occasion, David Lelait-Hélo décrit cette femme intelligente comme une sorte d'Anna Karénine du show-business, rebelle et marginale dans son propre milieu. Il faut simplement relire ce qu'elle disait de sa vie pour comprendre que Dalida fut aussi victime de sa propre lucidité : « Aujourd'hui, déclarait-elle trois ans avant sa mort, je porte la souffrance plutôt que d'être emportée par elle. J'ai transformé cette souffrance en une carrière. » En fait, Dalida était déjà morte sur scène. Certains ont transformé sa délivrance finale en rentes viagères
source dalida

Posté par le tigre blanc à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Dalida, vingt-cinq ans déjà

Poster un commentaire